Meditation_45min

 Week-end spécial – De la joie chez soi 

Séance en vidéo sur YouTube • Disponible 48h • Avec Kelsang Sangyé

  • Informations pratiques
  • Activité ouverte à tous
  • Vidéo sur YouTube disponible 48h
  • Inscription en quelques clics
  • Accessible aux débutants et expérimentés
Participation normale5€
Participation réduite4€ 
Membre PFGratuit 
Pass Méditation*Gratuit 

Personne n’est refusé pour manque d’argent
* Abonnement mensuel sans engagement

Kelsang Sangyé
Mini-bio

« Habituellement, nos sentiments à l’égard des autres ne sont pas équilibrés. Lorsque nous voyons un ami ou quelqu’un que nous trouvons particulièrement attirant, nous sommes contents ; lorsque nous voyons un ennemi ou une personne déplaisante, nous ressentons de l’aversion à son égard ; et lorsque nous voyons un étranger ou quelqu’un que nous ne trouvons ni attirant ni déplaisant, nous nous sentons indifférents. Tant que nous aurons ces attitudes déséquilibrées, notre esprit sera comme un champ rocailleux, incapable de soutenir la croissance des réalisations mahayanas. Notre première tâche est donc de libérer notre esprit de ces attitudes déséquilibrées et de développer une équanimité authentique, c’est-à-dire une attitude également chaleureuse et amicale envers tous les êtres vivants. »

 

Le Nouveau Manuel de Méditation
Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso
S’inscrire
« Dans Le Guide du mode de vie du bodhisattva, Shantidéva dit :

Il n’existe pas de plus grand mal que la colère,
Ni de plus grande vertu que la patience.

Parmi tous les esprits non vertueux, la haine, ou colère, est l’esprit le plus destructeur. (…) Si nous détectons un feu à son tout début, il sera facile de l’éteindre, mais si nous attendons qu’il ait bien pris, il sera très difficile de le contrôler. De même, si nous remarquons la colère dès qu’elle apparaît dans notre esprit, nous pouvons aisément la contrer avec la non-haine, mais si nous la laissons se développer pleinement, il nous sera très difficile de l’arrêter. C’est pourquoi, dès que nous sommes conscients que la colère est sur le point de se manifester, nous devons l’en empêcher en pensant à ses nombreux inconvénients. »

Comment Comprendre l’Esprit
Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso
S’inscrire
« Apprendre à chérir et à se préoccuper des autres est la meilleure solution à nos problèmes quotidiens. C’est aussi la source de tout notre bonheur et de toute notre bonne fortune futurs. Chérir et se préoccuper des autres a deux niveaux :

(1) chérir et se préoccuper des autres, comme nous chérissons et nous nous
préoccupons d’un ami proche ou d’un parent, et

(2) chérir et se préoccuper des autres, comme nous nous chérissons et nous
préoccupons de nous-mêmes.

Ce deuxième niveau est plus profond. En nous préoccupant de tous les êtres vivants autant que nous nous préoccupons de nous-mêmes, nous développerons la profonde compassion universelle, la voie rapide de l’illumination. Il s’agit d’un des points fondamentaux du Lamrim kadam. »

Un Bouddhisme Moderne
Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso
S’inscrire
« Nous savons que nous sommes heureux quand notre esprit est paisible, et malheureux quand il ne l’est pas. Il est donc clair que notre bonheur dépend d’un esprit paisible et non pas de bonnes
conditions extérieures. Si nous maintenons constamment un esprit paisible, nous serons toujours heureux, même si les conditions extérieures sont mauvaises. En recevant continuellement les bénédictions de Bouddha, nous pouvons maintenir constamment un esprit paisible.(…)Le dharma (les enseignements de Bouddha) est la véritable protection. »
Un Bouddhisme Moderne
Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso
S’inscrire
« Il y a de la place dans le ciel pour un orage et, de même, il y a de la place dans le vaste espace de notre esprit pour quelques sensations douloureuses ; un orage n’a pas le pouvoir de détruire le ciel et, de même, les sensations désagréables n’ont pas le pouvoir de détruire notre esprit. Lorsque des sensations douloureuses se manifestent dans notre esprit, il n’y a pas besoin de paniquer ; nous pouvons les accepter patiemment, les éprouver et examiner leur nature et leur provenance. En faisant cela, nous découvrirons que les sensations douloureuses ne nous arrivent pas de l’extérieur mais se manifestent de l’intérieur de notre propre esprit. Les circonstances ou les autres n’ont aucun pouvoir de nous faire nous sentir mal ; ils peuvent tout au plus activer les potentiels de sensations douloureuses qui existent déjà dans notre propre esprit. »
Comment Résoudre Nos Problèmes Humains
Vénérable Guéshé Kelsang Gyatso
S’inscrire